Ce matin, j'ai été réveillée par une forte odeur de fumée... J'ai un moment cru que le feu avait pris dans la maison et, comme mon réveil n'avait pas sonné, le réveil fut brutal!

Comme je dors les fenêtres ouvertes pour capter la fraicheur de la nuit (je profite de l'absence de monsieur...), j'ai vite compris que l'odeur entêtante venait de dehors. La radio m'a donnée la réponse (et m'a aussi rassurée temporairement). 55 feux de forêt majeurs sont en cours au Québec. 73 brûlent le nord-est de l'Ontario (cliquez sur les liens pour voir les cartes respectives). Les vents d'Est ont ramené sur notre ville les fumées de tous ces feux de forêt. Terrible!

L'odeur nous a poursuivi toute la journée, j'ai encore un goût de fumée au fond de la gorge. C'est plus supportable ce soir. Ceci dit, la situation demeure inquiétante. Je le constate autour de chez moi. Le gazon est sec et jaune. Les arbres perdent leurs feuilles - je n'ai jamais vu autant de feuilles mortes sur mon terrain à la fin mai! Et il ne pleut pas assez pour réhydrater le sol.

Sur l'autoroute en amenant les enfants à l'école, j'ai eu une petite vision de fin du monde. Les pompiers étaient partout (un record d'appels aujourd'hui, les gens ne sachant pas toujours distinguer l'odeur environnante d'un possible feu), créant des mégas bouchons. Ce soir au retour, les yeux qui piquaient, le ciel plombé de cendres et la chaleur de fin de journée ne m'ont pas rassurée.

Dire que notre premier ministre continue de croire que le changement climatique n'est pas scientifiquement prouvé... Dire que 2010 est l'année internationale de la biodiversité... Dire qu'on est QUE le 31 MAI (avec une canicule déjà au compteur)... Dire que la météo ne prévoit aucune précipitation majeure dans les prochains jours...