Pendant quelques 48h, je me suis imaginée là, à Paradise Island . Ma moitié y a une conférence et voulait m’emmener dans ses bagages pour fêter nos 20 ans. Après avoir essayé de tout organiser (les enfants, les allers et venues à l’école, les repas, les activités, les au-cas-où), j’ai heureusement eu l’idée de me renseigner un peu plus sur cet endroit paradisiaque.

Bien m’en a pris. Ah les paradis artificiels! Ils sont si beaux sur papier, sur photos et encore plus sur vidéos… Que le marketing est habile à maquiller la réalité…. Ou est-ce le genre de réalité que les Américains recherche? Difficile de partager l'un de l'autre. Après avoir lu plus d’une dizaine de commentaires (d’Américains surtout!) sur des sites de voyages, j’ai réalisé (et mon mari aussi!) que nous n'aimerions pas du tout cet endroit, encore plus sans les enfants et moi seule toute la journée : la plage refaite, le palmier parfaitement propre, la piscine javelisée, le casino et la musique pour couvrir le bruit « naturel » des motorisés, les repas pas terribles et hyper chers, et le manque de vrai, ce n’est décidément pas ma tasse de thé.

Alors voilà, au grand dam de mes filles, qui n’en reviennent pas encore, je reste au froid de ce beau mois d’octobre, sans aucun regret!