Je suis toujours curieuse des vieux prénoms et celui de Hildegarde m'avait interpellée il y a quelques années déjà sans que je ne prenne le temps de m'intéresser un peu plus à celle qui l'avait rendu célèbre. Puis, Murielle m'avait offert des fleurs d'épices de Hildegarde de Bingen et les informations imprimées sur la boite et sur le feuillet m'avaient donné envie d'en savoir plus sur cette bénédictine du XIIe.

MV5BMzUxMjQ5MTk5NV5BMl5BanBnXkFtZTcwMTczMjI3Mw____V1__SY317_CR1_0_214_317_Et voilà qu'une amie m'invite à aller voir dimanche dernier, la dernière de trois représentations du film Vision, de Margarethe Von Trotta, sur la vie de Hildegarde de Bingen.

Nous qui pensions naïvement que la vie de Hildegarde n'intéresserait personne à Ottawa un dimanche après-midi par -26, nous avons été surprises de devoir faire la queue.... dehors!

Frigorifiées mais déterminées, nous n'avons pas regretté les presque 2h de projection. Certes, ce n'est pas un film d'action... la lenteur, la lumière, le silence sont autant d'éléments qui nous plongent dans cet univers moyen-âgeux ou le beau, le sacré et la soif de connaissances cotoient la cruauté, la superstition et l'ignorance.

J'ai ainsi enfin découvert son histoire, sa détermination et ce pourquoi son nom a traversé les siècles pour nous parvenir aujourd'hui : une modernité surprenante quand on voit le contexte de l'époque dans son approche des choses de la vie. Son message n'a pas vieilli. Je me suis surprise à penser que si elle avait été protestante ou boudhiste, sans doute que sa pensée nous serait également parvenu tant son universalité s'impose.

Cependant, on n'apprend pas tout de sa vie et je suis restée sur ma faim, notamment en terme d'herboristerie, de médecine et de musique. Le film se consacre plutôt à nous faire connaître son environnement, ses familiers et les moments clés de son parcours : ses visions, sa vie d'abesse et son opposition et son combat pour créer son propre abbaye. Ce qui m'a semblé bien transposé, c'est l'ambiance de l'époque, ces journées qui commmencent la nuit, les moments qui marquent la vie des bénédictines, le peu de lumière qui leur parvient et qui fait de chaque nouvelle (lettre, livre, message) un trésor à chérir. Hildegarde nous est présentée comme une grande curieuse, tout en étant mystique, et c'est sans doute là que réside la fascination qu'elle continue d'exercer aujourd'hui.

Incroyable, non, quand on y pense? Que sa voix nous soit parvenue... Allez l'écouter à travers sa musique (pas moyen de trouver sa musique sur deezer... mais sur cette page on peut écouter le disque, en bas.)

"Celui qui ne cherche pas ne trouvera pas. Le fleuve ne coule pas vers les êtres, qui certes le connaissent, mais ne désirent pas le rejoindre. C'est à eux d'aller vers lui, s'ils désirent boire de son eau."