« Quand j’ai découvert, à ma grande consternation, que sur le chemin de l’abondance dans la simplicité, l’ordre est le troisième principe à explorer et à intégrer doucement, j’ai regimbé. Même si j’étais épuisée et me sentais aller à la dérive, en particulier quand j’essayais de trouver quelque chose ou de fermer les yeux sur le désordre dans lequel je vivais, la vertu de l’ordre m’apparaissait très vieux jeu, dépourvue d’imagination et peu inspirante, aussi ennuyeuse et terne que le mot ‘’ménage’’. C’était quelque chose de plus réjouissant que j’avais envie d’instaurer dans ma vie. »

P1100295-001

Je ne saurais mieux décrire mon sentiment face à l’ORDRE. Je crois que ce qui est et continuera d’être le plus difficile dans les six principes spirituels que Sarah Ban Breathnach mets de l’avant dans son Abondance dans la simplicité, (dont je vous ai parlé récemment), c’est bien celui-ci.

Je ne déteste pas ordonner (dans le sens d’organiser) une fois de temps en temps, mais force est d’admettre que je suis incapable de maintenir l’ordre au quotidien – ce qui explique qu’au fil de la semaine, la maison devienne invivable (sauf la cuisine!)… et que le week-end, je me contente de ranger le plus urgent, en râlant de ne pas avoir assez de temps pour faire autre chose! J’en ai assez.

Et si au fond, c’était parce que la maison, telle qu’elle est organisée, ne me correspondait pas plus?

« Premièrement, il faut définir ce qu’est pour vous une maison bien tenue. Votre idéal ne correspond pas nécessairement à celui de notre mère ou des Dodson.  Fermez les yeux et imaginez ce que vous entrez chez vous. Comment est-ce? Quelles sont vos normes personnelles en matière d’ordre? Quel est votre seuil de tolérance? Pour ma part, par exemple, je peux endurer la poussière …./… mais le désordre me rend folle. Il est plus important pour moi de tenir les pièces communes et ma chambre en ordre que de leur faire subir le test du gant blanc.

Deuxièmement, demandez-vous ce qu’il y a à faire, qui peut le faire et quand. La façon la plus simple de procéder est de classer vos tâches en plusieurs catégories : les tâches quotidiennes, hebdomadaires, mensuelles et saisonnières. Notez sur une feuille celles que vous effectuez déjà. Vous en serez renversée. Maintenant, demandez-vous qui partager le travail. Une fois les tâches et les collaborateurs identifiés, notez toutes ces données. Ce que vous êtes en train de mettre au point, c’est une stratégie susceptible d’assurer l’ordre et l’harmonie de votre foyer tout en vous laissant assez de temps et d’espace pour savourer le parcours. »

J’aime moins ce côté planification. Non pas qu’il soit inutile, mais impatiente comme je suis, j’ai envie d’utiliser l’énergie, quand elle est présente, tout de suite et obtenir immédiatement un résultat. C’est sans doute ma principale erreur. Et avec l’expérience, j’ai appris à dompter un peu ce tempérament…

Je me souviens de notre appartement, jeunes mariés et jeunes parents. Il n’était pas très grand et pourtant, j’ai un souvenir d’espace. C’est que nous n’avions pas grand-chose à l’époque. Un divan, une petite table à dîner, une bibliothèque, un fauteuil. Même pas de lave-vaisselle! Pourtant, je ne me souviens pas d’y avoir passé des samedis entiers à ranger, ni à y faire le ménage. Au contraire, quand je remémore cette période, je trouve que j’avais pas mal de temps, en dépit de deux jeunes enfants en bas âge et d’un emploi à temps plein. Pourtant la maison n’était pas aussi en désordre qu’aujourd’hui!  Nous sortions souvent les week-ends, sans penser qu’au retour, il faudrait abattre deux fois plus de travail. Certes, notre maison est deux fois plus grande que ne l'était cet appartement, mais j’aspire à retrouver un certain équilibre, de la place et surtout de l’espace – tant physique que temporel.

« La meilleure façon de s’attaquer au désordre de toute une vie est d’y aller par étapes », conseille Sarah. « chaque mois, concentrez vous sur une pièce ou un espace de rangement. Puis fixez-vous des objectifs secondaires : la première semaine, rangez les tiroirs fourre-tout, puis les armoires et d’autres coins, comme le dessous des lits, la lingerie, la pharmacie, la boîte à couture. Surtout, n’essayez pas d’en faire trop à la fois, car vous risqueriez alors de saboter vos efforts. »

P1100294-001

Maintenant que les bacs sont pratiquement derrière nous (oral demain pour Yaya!), on ne peut plus reculer… La table de la salle à manger a été envahie depuis des semaines par des fiches, des annabacs et un tas de chose indéfinissables... et ça n'est que la couche superficielle!

Il va donc falloir que je planifie et que je concentre mes énergies. Pour mon bien et donc celui de tous. Attention, avis de temps couvert en perspective!

(à suivre...)