Trois aller-retours sur Montréal en moins de 3 semaines. Les retours surtout sont durs... car je conduis seule.

P1110649-001 P1110657-001

L’installation de Mimi aux résidences de l’Université de Montréal semblait a priori très simple. Quelques bagages, deux trois babioles pour améliorer sa chambre et de quoi se faire des petits plats facilement.

ERREUR 

Depuis le début, nous avons été de déconvenue en déconvenue…. On a d’abord appris qu’il faudrait payer un mois additionnel puisque les cours ne commençant qu’en octobre (à cause des grèves du printemps dernier), il y aurait prolongation de la session d’hiver 2013. Merci les grévistes – et le manque évident de flexibilité de l’université de Montréal qui aurait pu exceptionnellement adapter les baux aux calendriers de chaque faculté. J’ai parlé à la directrice des services en résidence qui s’est retranché derrière un soi-disant problème d’équité entre les étudiants puisque certaines facultés ont commencé en septembre.

Mais le plus difficile fut le terrain (ce qu'on appelle en anglais Reality check, la comparaison avec la promesse).

Le samedi de notre arrivée, le gardien, bien que gentil, n’avait pas le dossier de Mimi (avec sa clé) et donc ne pouvait pas nous aider alors que nous avions une voiture pleine de bagages… Quand on lui a dit qu’on venait de l’extérieur (ce qui a priori est le cas de TOUS les résidents, non?), il a haussé les épaules mais a proposé de mettre ses affaires sous clé, en attendant… Mimi a du rester jusqu’au lundi suivant (merci la famille! Comment font les autres?) pour découvrir que non, elle n’aurait pas une chambre en résidences pour filles comme elle l’avait demandé. Pire, quand elle ouvre sa chambre, celle-ci est sale, les murs sont abîmés, il manque une tuile au sol, l’unique chaise est si vieille que même mise à la rue, personne n’en voudrait, les rideaux sont raides de crasse et je ne vous parle pas de l’odeur (de cigarette persistante)…  Alors qu’elle a signé une prise en charge qui stipule l’interdiction de peindre les murs ou d’y accrocher quoique ce soit (on se demande pourquoi alors ses marques et ces trous au mur?) et qu’elle doit le rendre impeccable et propre. 

Sa chambre étant à un étage mixte, elle ne pourra pas rejoindre les salles de bains et les toilettes en petite tenue. Et quand le week-end passé, après avoir essayé de réaménager la toute petite chambre en espace à peu près gérable et y avoir fait un grand ménage, elle est allée prendre sa douche, l’eau était froide…

P1110646-001 P1110692-001 P1110695-001 P1110694-001P1110697-001

Sa chambre après le réaménagement des meubles... pour tout caser!

(à suivre)