«Pour bien expliquer à l’enfant ce qu’est un TDAH, je lui dis : « Tu as un cerveau d’inventeur et non un cerveau d’ appreneur. Ton cerveau est conçu davantage pour réaliser des tâches créatives que pour des tâches d’apprentissage. Parce que tu as de la difficulté à te concentrer, tu as de la difficulté à apprendre ce que les autres ont inventé et veulent te transmettre, surtout lorsque ces choses ne t’intéressent pas. Mais pendant que tu es incapable de te concentrer, ton cerveau n’est pas en arrêt. Il pense, et souvent, il invente. De plus, lorsque tu as à accomplir une tâche, comme tu ne te souviens pas de ce qu’on t’a appris, tu es obligé d’inventer une façon de faire. Habituellement, elle est moins bonne que celle qu’on t’a apprise, mais parfois elle peut être aussi bonne ou même meilleure. »

Source : « L’enfant impulsif », Dr Guy Falardeau.

P1120047-001 

Cette citation a soudain tout éclairé pour moi dans ma compréhension de la façon de fonctionner de notre fils.

Comme promis, un peu plus d’infos sur ma brève et courte expérience en matière de « traitement maison » du TDAH. Comme je vous le disais en novembre dernier, j’ai beaucoup lu sur le sujet et maintenant que j’aimerai vous présenter mon expérience, je trouve que tout est un peu décousu dans ma tête. Alors je vais avancer doucement.

* * *

Je commence avec le volet Sport, sans doute le plus facile à mettre en place.

Dans le livre très complet sur le déficit d'attention du Dr Falardeau, j’ai relu un peu les mêmes informations qu'ailleurs, mais présentées avec plus de doigtée et d'intelligence. Surtout, il explore plusieurs approches complémentaires, ce que l’auteur appelle l’approche multimodale, avec un rôle pour plusieurs spécialistes, incluant les parents, les professeurs et les différents intervenants. Le seul volet qu’il omet est celui de l’alimentation, et c’est bien dommage. Je vous le recommande néanmoins fortement. Après sa lecture, on sait mieux qu'attendre de chacun et j’y ai puisé de nombreux conseils, qu’on ne retrouve pas ailleurs, notamment sur le sport et les activités à privilégier.

Dans ce livre, on parle notamment des sports et de l’importance pour ces enfants de pratiquer une activité régulière, si possible de faire de l’exercice tous les jours (ce qui est loin d’être le cas si l’enfant va à l’école!). J’y ai appris notamment quels sports sont à privilégier chez ces enfants :

Sports de rapidité et d’activité globale.Tous les sports de raquette, le ski et planche à neige, le vélo de montagne, le patin de vitesse et de manière générale tous les sports à sensation… jusqu’au parachute! Ces enfants n’ont pas peur, c’est un avantage. Il suffit de pratiquer ces sports dans un strict contexte, où la sécurité leur ait enseignée comme partie intégrante du sport. Bon point, Tintin en est à sa 5e année de ski alpin et je lui ai promis que l’an prochain il pourrait commencer la planche et le saut…. Et jamais sans son casque! Sans être un téméraire, il est effectivement plutôt doué pour toutes les activités motrices globales. On l’a noté dès qu’il s’est mis à marcher. Cet été, il s'est pris de passion pour le tennis et depuis fait des progrès très rapides.

Sports de combat, notamment tous les arts martiauxCe sont des sports où concentration et action sont étroitement liées. Les débuts sont difficiles, parce qu’il faut apprendre les notions de base, mais si l’enfant est motivé, il va en retirer beaucoup au niveau comportement, visualisation, et développement du dialogue interne, qui leur fait tant défaut. Tintin a repris le taekwando et avec plus de maturité cette année, il progresse très vite. A commencer après 7 ans, voire 8 si l’enfant n’est pas très mûr. Ces sports équilibrent très bien la pratique des précédents.

Le Dr. Falardeau ne recommande pas les sports d’équipe… car on dépend des autres et il faut toujours être vigilant sous peine de se faire exclure. Je suis d’accord si l’enfant ne pratique qu’un seul sport. En revanche, s’il en pratique plusieurs, il s’agit au contraire d’un excellent apprentissage, moins dur que la cours de récré, car on joue selon des règles et il y a toujours un arbitre. Sur le terrain, tous les membres sont importants…  Il peut s’avérer intéressant de prévenir l’entraîneur pour qu’il fasse attention à ce que l’enfant ne soit pas mis de côté et que sa particularité ne lui nuise pas trop. Tintin joue au soccer depuis trois ans, il a un peu de mal encore avec le concept de jeu en équipe, mais il progresse. Même s’il est vrai qu’il n’en tire pas autant de satisfaction, je crois que c’est essentiel de savoir apprendre à faire avec les autres. Le sport d’équipe offre cet apprentissage sans les contraintes moins définies et parfois plus cruelles de la société.

Tintin fait aussi de la natation. Saviez-vous que Michael Phelps est tdah? Voilà un sport qui ne demande que de se dépasser soi-même, c’est donc plus facile à gérer – on ne dépend pas des autres… Et puis, je suis persuadée que le contact avec l’eau a un effet tranquillisant. On le constate nous-mêmes. Tintin est toujours apaisé après son cours de natation… et après ses douches d’ailleurs!  Quand il est trop énervé, agité, je l’envoie prendre un bain. Il râle bien sûr, ne veut pas y aller…. Mais ensuite ne veut plus en sortir! Et surtout, il est bien plus réceptif après une bonne douche. Son humeur en est transformée!

Alors, vous me direz, trois sports par semaine, c’est beaucoup. Oui et non. Pour Tintin, c’est essentiel (donc pour ma zénitude aussi!). Évidemment, pendant la semaine, il est un peu plus difficile de caser une heure de sport, mais c’est faisable, une fois la routine installée. Et ça fait une telle différence sur son comportement! Le reste des activités se déroule le week-end.  Mais dès que je le peux, j’emmène Tintin faire une marche avant de rentrer faire les devoirs ou se défouler dehors!

En ce qui concerne les activités extrascolaires, Dr Falardeau recommande des activités qui n’exigent pas trop de technique (motricité fine, patience et longue période assis à bannir). A exclure les cours de dessin au fusain ou de violon – la musique en général n’est pas leur forté (batterie peut-être?). Par contre, tout ce qui est créatif donne de bons résultats : travaux manuels, peinture, dessin (tant que ca reste assez libre), jeux de construction où ils excellent (ce sont souvent de très grand amateurs de Lego, tout à fait vérifié chez nous) et curieusement les échecs. Dr. Falardeau a constaté que malgré leurs difficultés énormes à se concentrer et à anticiper, ces enfants-là se débrouillent en effet plutôt bien aux échecs…. Mystère, qu’il tente d'expliquer par une bien plus grande capacité de ces enfants à voir des possibilités que d’autres ne voient pas.

 

Pour aller plus loin : source d’études réalisées sur des enfants tdah et l’activité physique.

 

à suivre...