image 94458414-001 94458417-001 P1160601-001

 

20 ANS... et une charlotte aux fraises.

Fanfan, l'éléphant rose, toujours là, encore aujourd'hui, sur son lit. Mimi a beaucoup regardé ses photos d'enfance ces dernières semaines. Comme pour refaire le parcours qui l'a menée aujourd'hui à revenir au point de départ.  Elle est de retour à la maison, pour une période indéterminée. Épuisée, elle n'y arrivait plus. A l'université, elle a perdu confiance en elle, dans ses choix, dans sa capacité à faire face. Un constat que j'ai eu du mal, mais moins qu'elle, à accepter. Ses talents sont toujours là, en attente qu'elle se décide, qu'elle trouve qu'en faire. Douée, elle l'est!

Pas facile d'avoir vingt ans aujourd'hui. Avant hier, une amie me rassurait: "chez les filles, la 2e année d'université est l'année des remises en question, chez les garçons, c'est en 3e année que cela se passe." J'ai tendance à lui faire crédit, elle a quatre enfants et le dernier entre à l'université cette année. Cela n'enlève pas le poids des questionnements parentaux -- mais qu'en est-ce que cela arrête?. Que faire pour l'aider? Chez nous, la patience est une denrée rare... On a du mal comme parents à se dire que le temps arrangera les choses. On sait, nous, combien la jeunesse passe vite, alors on aimerait que nos enfants profitent de leur énergie, de leur neurones tout frétillants, des possibilités multiples qui s'offrent aujourd'hui à eux et que nous n'avions pas. Erreur sans doute, cela ne fait que les paralyser encore plus. Tous les jeunes ne mûrissent pas de la même façon. Mimi est une artiste cartésienne. Concilier ses deux hémisphères, intuition et raison, lui coûtent, à vrai dire je crois qu'elle s'y perd entre ces deux approches qu'elle perçoit comme opposées.

Une entrée dans la vingtaine qu'elle aimera sûrement oublié et que d'ailleurs, pour tout un tas de raisons, nous n'avons pas fêté comme à l'accoutumée. Une charlotte aux fraises, des bulles, sa cousine, elle aussi tout juste vingtenaire (ça se dit?). 

Ce billet, cela fait des semaines que je l'ai écrit. Fallait-il le publier? Laisser passer une date si importante sans la mentionner? Elle a vingt ans ma grande... et depuis quelques jours, le grand sourire est revenu, ce qui m'a encouragée à noter ici ce passage. Quelques petits jobines et puis surtout, elle commence un nouveau travail, qu'elle a facilement obtenu : visual merchandiser, autrement dit étalagiste, pour une grande marque de lingerie qui ouvre à Ottawa. Cette expérience la verra grandir, j'en suis persuadée. Et je lui souhaite du fond du coeur qu'elle s'épanouisse, quoiqu'elle fasse. Carpe diem!

 P1160609-001

De jolis biscuits que Mimi a concocté pour la St-Valentin. En cuisine, comme ailleurs, elle privilégie toujours le beau...  quitte à y passer des heures!