P1180423-001

P1180623-001

Hier matin, Tintin participait à la finale des écoles élémentaires de l'Est de l'Ontario en course cross - 2.5 kms sous une fine pluie froide et dans la gadoue… avec ses vieilles chaussures de course trouées – je ne m’étonne plus de rien avec lui, ses affaires sont rarement là où il le faudrait. Entre l’heure de RV avec son équipe et la fin de la course, la température a dû chuter de quelques degrés de plus. Nous étions dehors à les encourager, transis sous la pluie, mais dès qu’il a passé le fil d’arrivée, une grimace de souffrance sur le visage, on s’est précipités vers la voiture…

Le temps du comfort food est arrivé. Ressortir un sac de tortillas au nom d'actualité, trouvé cet été et acheté en prévision de cet inévitable summertime blues. Pendant que la blanquette de veau cuisait à petit feu, on a travaillé au jardin – la corvée des feuilles se profile pour bientôt. J’aurai aimé arriver à rendre en photo les chutes de feuilles, si impressionnantes. Par moment, le ciel pleuvait du jaune. Mais seule la peinture je crois peut révéler ce paysage...

P1180649-001

P1180651-001 P1180657-001

P1180659-001

P1180663-001

P1180666-001

J'ai terminé ce petit bijou de livre qu'Agathe avait si bien présenté dans son billet Sapere Aude. "The Awakening of Miss Prim" (El despertar de la senorita Prim) de Natalia Sanmartin Fenollera est un livre réconfortant, même si dès les premiers chapitres, on devine quel sera le destin de Prudencia Prim, cette jeune personne pleine de certitudes, à la tête bien faite, et à l'éducation impeccable. La question demeure comment elle y arrivera et c'est là tout le charme du livre. En anglais, on appelle cela the journey...

Je regrette un peu de ne pas l'avoir lu en version originale (espagnol donc) - impossible à trouver ici. Mais la langue anglaise se prête admirablement bien à cette histoire, tant les références à la civilisation britannique y sont nombreuses, notamment en littérature et dans ces thés - terribles!!!! - qui sont nombreux et décisifs dans cette histoire. Du pur Comfort Food for the soul

Extrait (Miss Prim se rend à un de ces nombreux thés et échange avec son hôtesse).

After almost three months in the village, she (Miss Prim) knew that tea, coffee, or hot chocolate, fine pastries, and a good liqueur were essential to any social gathering there.

"It's surprised me too at first, but I've come to see it as a mark of civilization, " said Herminia Treaumont (l'hôtesse de ce thé.) /

"Really? It seems like a relic to me," said Miss Prim. "Who has time nowadays for these leisurely teas?". /

"../.. It's a relic, as you would say, but the concept of memory is inherent to civilization. Primitive peoples perpetuate barely more than a handful of traditions. They can't capture their history in writing. They have no sense of permanence."

"That can apply to tea, macaroons, and pastries."

"And to conversation too, of course. We modern primitives also have our limitations We no longer find the time to sit around a table and chat about the human and the divine. And not only do we not find the time, we don't even know how to anymore."

(Traduction libre: La conversation, tout comme le thé, les macarons et les pâtisseries ne sont pas permanents. Nous aussi, hommes modernes, avons nos limites. Nous ne trouvons plus le temps de nous asseoir autour d'une table et de discuter de l'humain et du divin. Et non seulement n'en avons nous plus le temps, nous ne savons même plus comment le faire.)

 

Je me répète : j'aime découvrir dans une phrase, un passage, une sensation que j'éprouve mais que je n'avais jamais pu exprimer aussi clairement. Ce qui m'amène aussi à me poser la question : pourquoi continuer ce blog si les échanges n'en découlent pas?