P1190617-001

P1190619-001

P1190620-001

«Mais quelque part entre le Temps géologique et le Temps humain, décida Alma, il y avait autre chose : « le Temps de la mousse ». En comparaison du Temps géologique, le Temps de la mousse était d’une vitesse aveuglante, car les mousses pouvaient faire en mille ans des progrès qu’une pierre ne pouvait rêver d’accomplir en un million. Mais selon les critères du Temps humain, le Temps de la mousse était douloureusement long. Pour un œil averti, la mousse semblait même ne pas bouger du tout.»

Extrait de L'empreinte de toute chose d'Elizabeth Gilbert.

J'avais un peu peur en entamant ce livre. Un roman d'une telle épaisseur... Après avoir écrit un succès qui tenait plus au récit et au développement personnel (Eat, Pray, Love), je ne sais pas pourquoi, j'avais des doutes quant à la capacité de cet écrivain à passer à un autre genre.

Je n'en ai plus aucun.

A tel point, que je recule devant la pile de livres qui s'est accumulée à mon chevet. Signe, s'il en est un, que j'ai vraiment aimé ce livre, un véritable page-turner, comme ont dit en anglais, qui mèle sciences, botanique, aventure, découverte, femme, évolution, temps et dont le personnage principal m'a totalement captivée.

Alma Whittaker, donc, dont ce livre raconte la vie. Une vie tout à fait extraordinaire pour l'époque et en même temps, qu'a-t-elle fait? Alma a étudié les mousses... Disons qu'a priori, on n'y voit aucun intérêt. Rien qui ait révolutionné le monde... Et pourtant, tout est dans tout, comme elle finira par le découvrir.

« - J’ai une question pour vous, Miss Whittaker. Quelle est la véritable nature de vos colonies de mousse? Elles sont passées maîtresses dans l’art d’apparaître, comme vous le dîtes, pudiques et simples. Cependant, à vous en croire, elles possèdent des facultés considérables. Sont-elles des pionnères amicales vos mousses? Ou bien des maraudes hostiles?»

La mousse, premier signe vert de renouveau chez nous. En ce moment, on ne voit qu'elle... Et depuis que j'ai lu ce livre, le Temps m'a encore prise de court...