5min30s ou la recherche du temps perdu

06 juillet 2015

Alex Coleville, un peintre du moment

[Nous sommes en vacances d'enfants... et on en profite!]

P1200166-001

Je connaissais deux ou trois de ces œuvres majeures – la fameuse femme aux jumelles en faisait partie (Vers l'île du Prince Edouard). Mais à ma grande honte, je ne savais pas qu’il était Canadien!

Alex Coleville est pourtant né près de Toronto et a vécu presque toute sa vie en Nouvelle-Écosse… Ce n’est qu’à son retour de la guerre que son style s’est vraiment défini avec une apogée où la femme, l’eau, l'animal et le moment sont devenus ses sujets de prédilection. Il y excelle! J’aime son réalisme. Il y a toujours un détail pour dire que l’image a un après et un avant… Et aussi un léger décalage – parfois on croit voir un collage… Quand on regarde de près, la finesse des traits et du détail surprend… Alex Coleville construisait ses tableaux au millimètre près, les dessins de préparations sont de véritables planches d’ingénieur! Mimi a adoré.... Pourtant, ses tableaux semblent toujours avoir été peints sur le vif!

J’ai aussi aimé la simplicité des scènes et ces petits mots qui touchent… Par exemple, le témoignage de leur fille sur le fait que sa mère, Rhoda, a toujours été le seul modèle de son père malgré sa grande pudeur. Ou le mot de Coleville pour son tableau Vers l'île du Prince Edouard : " Seule la femme voit." On voit d’ailleurs sa femme vieillir au cours de l’exposition sous son pinceau…

La grande réussite de cette expo est de justement mettre l’accent sur « ces moments » que Coleville saisit si bien et d'avoir mis en parallèle certains tableaux avec des extraits des nouvelles d’Alice Munro, une autre célèbre Canadienne, Prix Nobel de littérature, qui cisèle ses textes et sait mieux que quiconque mettre en lumière des détails… et aussi avec des réalisateurs, les frère Cohen et Stanley Kubrick. Saviez vous que dans Shining, on voit trois des oeuvres de Coleville?

Une exposition à voir absolument : rafraichissante, inspirante et pleine de lumière!

P1200168-001

P1200169-001

P1200170-001

P1200171-001

P1200162-001

P1200163-001

P1200164-001

P1200161-001

J'aurais pu en mettre plus, même si le rendu n'est pas terrible, en vrai les tableaux sont beaucoup plus lumineux! Vous les trouverez aisément sur internet... et cette dernière toile, mal photographiée est vraiment superbe, dommage...

 

Posté par Parciparla à 14:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


03 juillet 2015

Little Italy - ou quand tu ne peux te rendre à Rome...

...Rome vient à toi!

P1190993

P1190991

P1190992

P1190986

P1190983

Comme presque toutes les villes nord-américaines, Ottawa a aussi sa petite Italie... Et la fête nationale italienne - le 21 juin - est l'occasion d'organiser un festival qui dure une semaine! Tintin voulait y aller pour voir des Lamborghini et des Ferrari... Ce sont toujours les mêmes que l'on voit parfois en ville mais là, elles défilent toutes ensemble avec quelques vieilles dames sorties et astiquées pour la fête. On n'a malheureusement pas eu le temps de tester un resto... ni même un gelato... la fête est un peu surfaite et l'occasion d'arnaquer aussi quelques touristes, mais ça permet de retrouver une atmosphère très italienne à côté de chez soi. Tutto bene!

Posté par Parciparla à 09:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

02 juillet 2015

Le mettre au vert

P1200105-001

P1200110-001

P1200124-001

P1200120

P1200121-001

Prendre la route et partir loin # Emmener Tintin et son ami découvrir un coin de pays, le Charlevoix, à 8h de route de chez nous # Que d'histoires sur ce camp... Tintin en avait longuement entendu parler par les filles, leur meilleur souvenir d'été # Un camp nature et écologie, isolé, situé dans le parc marin du fleuve St-Laurent, à cette hauteur déjà salé et visité par les baleines, unique pour sa biodiversité et son ciel étoilé # 15 jours sans connection internet, sans jeu virtuel, sans bidule, la vraie vie # Quelle chance, chantent en coeur ses grandes soeurs, un peu jalouses quand même # Et retrouver à l'accueil la chef de camp, la copine de camp à l'époque de Mimi... Oui, ils seront entre bonnes mains! # Profitons-en tous!

Posté par Parciparla à 08:18 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

30 juin 2015

Atelier parents : la carotte (les récompenses)!

P1200160-001

Ah les maudits tableaux! Je crois que pour une fois, nous avions unanimité autour de la table entre parents contre les deux psychologues qui essayaient de nous vendre – encore – l’utilisation et les bienfaits des tableaux de récompense… Nous avions tous essayé sans les aimer pour diverses raisons. Car la transition vers la norme (fin du système de récompense) nous refait tous tomber à l’eau. Comment aussi ne pas surenchérir? Quelle récompense? Est-ce toujours un cadeau plus gros? Pour ma part, j’ai même un problème de principe avec ce système. Bref, on partait de loin.

Mais elles nous ont convaincu d’essayer autrement. D’abord de faire avec l’enfant : lister de 1 à 3 comportements qu’on souhaite changer, surtout pas plus, et d'être le plus simple possible. Le mieux est que l'enfant reformule dans ses mots.  Ensuite, laissez l’enfant lister plusieurs options de récompenses, tout ce qu'il aimerait – la plupart du temps, ils vont vous surprendre. Éliminez d'emblée les objets et misez sur les privilèges, les moments, les expériences. Des suggestions? Du temps d’écran, du temps de jeu, une sortie au parc, à la piscine, une aventure, bref, les possibilités sont nombreuses. Tintin voulait conduire la voiture… (!) Nous avons décidé d’en profiter pour régler le problème du temps d’écran – Tintin est accro aux jeux vidéos (sur tablette) et on veut qu’il apprenne à mieux gérer ce temps.

Mise en pratique:

Ca tombait bien, car j’avais vu ce système magique de bâtonnets qui m’avaient plu par sa simplicité. Et voilà comment on a procédé. J’ai proposé trois changements de comportement : 1 se préparer seul le matin sans qu’on ait à lui répéter plus qu’une fois; 2. Ne pas crier ou utiliser des mots inappropriés; 3. Obéir à la consigne dès le 2e avis.

Hum.... Tintin a voulu changer les exigences... et les a remanier à son niveau (+ facile!) - sans compter qu'il a entièrement refait le tableau que j'avais mis du temps à arranger sur excel - mais je me suis dit qu’on pouvait commencer par là. Les miennes reviendront!

P1200159-001

Les chiffres correspondent au temps gagné... 10 minutes par consigne respectée et par jour. Comme il s'autoévalue, je respecte mais je me garde un droit de véto aussi...

 Résultats après 2 semaines d'utilisation:

Le + : Grande motivation et intérêt maintenu pour Tintin. Il a rempli scrupuleusement son tableau tous les jours et a bien rempli les objectifs. Finalement, la récompense ne semblait pas tant l'intéresser... 

Le - : il a encore du mal à comprendre que le temps d'ordi est strictement régi par ce système... et il oublie de le comptabiliser. 

Évidemment, avec les vacances, le sytème va un peu tomber à l'eau.... mais il reviendra en force à la fin août!

Posté par Parciparla à 13:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

26 juin 2015

Despedida!

104973291-001

P1200010

Une bande de petits déchaînés a envahi notre jardin - entre parents on les appelle les "sauvages" - hurlant en se poursuivant avec des pistolets à eau, ne s'arrêtant que pour faire une recharge rapide au stand bouffe. On a fini par les envoyer tous au parc, où tout le quartier a pu profiter de leurs cris... Puis, plus tard, on les a retrouvé agglutinés, bien collants, devant le feu de bois avec leur pic et leurs guimauves. Ils vont nous manquer, certains de ces petits là, on les connait depuis leur 3-4 ans... mais

L'ÉCOLE (PRIMAIRE) EST DÉFINITIVEMENT FINIE! YEAAAAAHHHHH....

Posté par Parciparla à 08:37 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,



25 juin 2015

Atelier parents : remarquer le + et donner de bonnes consignes

 

tintin et les perroquets

Remarquez vous toujours le + ou le - chez votre enfant? A la session 3, on a discuté de la façon dont on souligne les comportements positifs (si on le fait!) et de l’importance des consignes efficaces.

Parfois un exercice permet de mieux expliquer la théorie : sur un papier notez les comportements que vous avez détesté le plus chez un de vos patrons (ou votre partenaire) et ceux que vous avez aimé le plus.

Je vous livre mon top 5

La pire (ben oui c’était une femme!)

  1. Sur contrôlante
  2. Non respect de la vie privée
  3. Critique non constructive
  4. S’approprie le travail pour son profit personnel – manque de reconnaissance
  5. Donne des objectifs irréalistes, ne donne pas toutes les infos

Le meilleur :

  1. Suscite l’engagement et l’esprit d’équipe
  2. Laisse la liberté d’organiser son temps comme on le veut
  3. S’intéresse à ma carrière/épanouissement
  4. Sollicite mon avis et en tient compte
  5. Donne des objectifs clairs et réalistes

Cet exercice permet vite de comprendre que c’est transposable à l’enfant! La reconnaissance et la clarté des instructions, de ce qu’on attend de nous, reviennent systématiquement dans les qualités universellement partagées. Soyez donc clair et précis dans vos ordres… et reconnaissants des comportements positifs!

On ne se rend pas toujours compte de nos propres manies verbales. Par exemple, j’ai tendance à faire trop long et à ne pas prendre le temps de me placer face à lui. Son père dit toujours Fais-moi ceci ou Faisons ceci. Or, il est plus simple et clair de dire Fais ceci. Ca a l’air tout simple comme ça, mais cela fait une grande différence pour notre fils. La façon la plus facile de vérifier? Demandez lui de vous redire la consigne… vous pourrez être très surpris!

A éviter donc : peux tu, est-ce possible, es tu capable, serais tu assez bon pour, etc… des formules qui peuvent paraitre à prime abord plus polies, mais qui dans le cas de ces enfants interfèrent avec la commande. Résultat des courses : on s’énerve. Pensez aussi à faire court, ces enfants ne retiennent souvent que le dernier mot…

Le pire? Les consignes multiples criées au tout-va! Évidemment, ça on le savait déjà chez nous… Bien qu’avec l’âge et la maturité on peut maintenant lui donner deux consignes et il les fera… dans l’ordre, à condition de l’y avoir préparé.

Car il vaut mieux avoir l’attention de l’enfant AVANT de lui demander quoique ce soit. Yeux dans les yeux le plus souvent possible. Pas toujours évident! Chez nous, on fait souvent des raccourcis en criant du 2e étage la consigne à faire… Erreur! Ces enfants-là oublient aussi sec ce qu’ils n’ont sans doute même pas entendu en entier… même et surtout s’ils vous ont dit oui, oui!

On a pu en rire ensemble, entre parents, ce qui est rare. Quel autre parent pourrait comprendre ce qui semble à priori un comportement pur de mal élevé? Répéter est notre mantra à nous parents de TDAH. Répéter jusqu’à… sans fin. Chez nous, les consignes sont forcément redites tellement souvent que ça en devient usant. Une famille de perroquets… Et lui ne s’en rend même pas compte… et débarque de la Lune quand il nous voit nous énerver - et se fâche. Mais on avance…

D’où l’importance de souligner les bons comportements chaque fois qu’ils se produisent. Plutôt que de râler qu’il a encore oublié de se laver les dents, dites lui combien vous êtes contents qu’il l’ait fait, quand il le fait. A chaque fois. Cela peut paraitre contre nature mais inverser la manière de faire donne des résultats surtout avec ces enfants qui sont de grands sensibles et qui, à force de n'entendre que du négatif, finissent par croire qu'ils ne sont que ça : des enfants qui ne font pas ce qu'on attend d'eux. A nous d'inverser la vapeur!

Posté par Parciparla à 09:44 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 juin 2015

Atelier parents : le temps "spécial"

104882774

Un auto-portrait de Tintin qui date... mais que j'aime beaucoup!

La théorie est d’offrir à l’enfant, au début chaque jour si possible, un temps dit « spécial », juste pour lui. A nous de définir la durée et le moment de la journée. Mais c’est important de le faire régulièrement… Durant, ce temps, pas de jugement. Pas de conseil. Pas de consigne. Pas d’ordres. Pas de rappel. Juste de l’écoute et du positif. Du temps d’amour.

Les psychologues nous ont donné des trucs :

1. Choisir un moment où VOUS vous sentez relax et décontracté, de préférence. Si vous êtes stressé, l’enfant le sent et cela ne sert à rien. Il faut aussi que l’enfant soit disposé… Le but est d’avoir du plaisir, pas de se crêper le chignon!

2. Informer les autres enfants, les autres adultes de la famille que durant ce temps, vous n’êtes pas disponible pour eux. Pour éviter les intempestives interruptions, s’il le faut, mettre le téléphone à off, fermez toutes les écoutilles…

3. Restez positif ou si vous remarquez quelque chose qui vous dérange chez votre enfant et qu’en temps normal vous corrigeriez, laissez faire et taisez-vous. Ce n’est pas le moment, si vraiment vous y tenez, revenez-y plus tard, jamais durant le moment spécial.

4. Si vous ne savez pas que dire, répétez ce que l’enfant vous dit. «Tu veux jouer à...?» «oui, je veux jouer à...» Etc… «Je n'aime pas untel» «tu n'aimes pas untel?». En général, ça marche…

5. Au début, si vous n’avez pas l’habitude de jouer avec lui, décrivez ses actions comme le ferait un journaliste sportif. N’exagérez pas non plus! Restez honnête dans vos interactions mais omettez toute critique, parlez seulement de ce que vous aimez « J’aime vraiment passer du temps avec toi », « tu as tellement d’imagination », « regarde ce qu’on a construit ensemble », etc…. Restez spécifique si possible et quand vous remarquez quelque chose de bien dites le tout de suite.

5. Si votre enfant fait quelque chose que vous désapprouvez, fermez les yeux; si cela devient insupportable et que vous avez du mal à rester positif (certains enfants, surtout TDAH, peuvent mettre vos nerfs en boule), dites-le à l’enfant. « J’ai du mal à jouer avec toi aujourd’hui, on fera le moment spécial plus tard.»

Surtout, n’en faites jamais un chantage, ni une récompense. Le moment spécial appartient à cet enfant quoiqu’il arrive! Ne lui poser pas de questions, ne donnez pas d’instructions, ne critiquez pas. Ce n’est pas le moment de lui montrer quelque chose de nouveau, ni de lui enseigner ou montrer comment faire. Au début, c’est très difficile, mais essayez de le faire au moins par tranches de 15 mn tous les jours pendant une ou deux semaines. Par la suite, on peut espacer mais essayez de toujours garder au moins un moment spécial par semaine.

La plupart des parents pratiquent cette technique sans s'en rendre compte. Le fait d'en faire une démarche consciente améliore la relation mais aussi montre à l'enfant qu'il est important - vous le savez, mais lui peut avoir une perception déformée de ce sentiment. L’objectif de ces moments est de (re)construire une banque de bons moments avec le parent; malheureusement, avec ces enfants, la banque est souvent en défaut de paiement, pour ne pas dire en banqueroute depuis trop longtemps. Vous verrez, en pratiquant, l’énorme déficit va vous sauter aux yeux! Et au fur et à mesure qu’il reprend confiance, la relation va s’améliorer. N'oubliez pas, il s'agit de perceptions!

Mise en pratique :

Chez nous, le déficit pouvait ne pas sembler si important à prime abord, vu l’attention dont bénéficie Tintin depuis sa naissance. Erreur! Sa perception est totalement différente de la nôtre… Nous n’avons pas encore nommé le moment mais il en redemande, signe qu’il en a besoin! J’avais déjà commencé à « pratiquer » un peu cette technique, le soir au moment du coucher et j’ai tout simplement continué de façon plus systématique. Ce n’est pas facile d’arrêter d’être parent pour n’être qu’une personne aimante, joueuse, tout simplement présente. J’y travaille et Tintin apprécie énormément ces moments et me confie plus facilement ses émotions, ses tracas, par petits bouts. Là encore, pas de jugement! Le truc testé qui marche : juste répéter ce qu’il vous dit…

Avec son père, ils prennent ce temps dans les conduites, dur dur de ne pas s’énerver le matin…. Mais les efforts payent : son humeur s’améliore et j’ai remarqué qu’il n’exige plus que je l’accompagne systématiquement en boudant si je ne le faisais pas, ce qui est très positif.

La banque se remplit tout doucement, on continue!

 

Posté par Parciparla à 08:02 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

21 juin 2015

Six mains en cuisine

P1190956-001

P1190957-001

Les voir ensemble préparer un plat : RARE!

On a eu Yaya qq jours à la maison. Elle a beaucoup dormi et est sortie voir ses amis au grand dam de son frère... Puis elle est repartie, cet été sera montréalais pour Yaya.

Voici leur recette, choisie par Mimi, et adoptée par tous!

Lasagnes de courgettes

Ingrédients:

  • 3-4 courgettes, tranchées dans la longueur
  • 1 gros oignon rouge
  • 1 pot de sauce tomate (maison ou votre marque préférée)
  • 1 pot de fromage ricotta (350g)
  • 2 tasses de fromage mozzarella rapé
  • Du fromage parmigiano-reggiano rapé
  • Des herbes de provence et du poivre (ail pour ceux qui aiment)
  • huile d'olive

Trancher les légumes. Monter les lasagnes alternant courgettes, sauce tomate, oignons, ricotta, fromage rapé, herbe de provence et on recommence. Mettre au four à 180 pendant 45 min.

J'avais un peu peur que mes gros appétits trouvent cela léger et j'avais fait du riz blanc... Seul le petit en a mangé. On s'est régalés! La rareté fait le prix...

Bonne fête aux papas!

Posté par Parciparla à 10:48 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 juin 2015

Ateliers d'éducation pour parents

keep-calm-and-continue-to-run-4

Il n’est jamais trop tard pour apprendre ou revisiter nos techniques parentales - j'ai failli écrire "Continue to LEARN"...

C’est ce que nous faisons actuellement en suivant une formation pour parents d’enfants de TDAH, donnée par le service de psychologie de l’hôpital où Tintin a son pédiatre. Le programme comprend 8 ateliers étalés sur 2 mois; on se voit parfois chaque semaine, parfois aux deux semaines, dépendant des ateliers. Il faut bien avoir aussi le temps de mettre en pratique!

Dans ces groupes, on apprend autant des animateurs que des autres parents. C’est le principe. J’aurai aimé y participer il y a deux ans! [Deux ans sur liste d’attente, autant dire que lorsqu’on reçoit enfin l’appel, on dit oui… sans discuter et on voit après pour les conflits d’horaire, en juin c'est juste génial, on n'avait rien à l'agenda, on court donc!]

Je vous passe les généralités sur le comportement, la psychologie de l’enfant et les modalités des rencontres, c’était le sujet du premier atelier.

Dès le 2e, on est passé à la pratique en se penchant sur le temps individuel accordé à l’enfant. Pas n’importe lequel! Du temps privilégié, rien que pour lui, sans obligations et sans attentes de la part des parents. Du temps de plaisir…  

A suivre!

Posté par Parciparla à 23:39 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 juin 2015

Des mauvaises herbes

Tournesolimages

Vous vous souvenez d'Alma? C'est une jeune femme très érudite. Mais comme toute être humain, elle doit faire face à des situations et des émotions qu'on ne peut apprendre dans des livres ou des autres : il faut les vivre... 

«- Je suis consciente que tout le monde connait des déceptions, Hanneke.

- Je ne suis pas certaine que tu en soies conscience. Tu es encore jeune, alors tu ne penses qu’à toi. Tu ne remarques pas les avanies que subissent les gens autour de toi. Ne proteste pas : c’est vrai. Je ne te condamne pas. J’étais aussi égoïste que toi quand j’avais ton âge. C’est la disposition des jeunes d’être égoïste. A présent, je suis plus sage. C’est dommage que l’on ne puisse mettre une vieille tète sur de jeunes épaules, sans quoi tu serais sage aussi. Mais un jour tu comprendras que personne ne traverse la vie en ce monde sans souffrir, quoi que tu imagines de leur vie et du bonheur que tu leur prêtes.

- Que devons-nous faire de notre souffrance, alors? demanda Alma.

Ce n’était pas une question qu’elle aurait jamais posée à un prêtre, un philosophe ou un poète, mais elle était curieuse – désespérée même – d’entendre ce que Hanneke de Groot [sa nourrice hollandaise] avait à répondre.

- Eh bien mon enfant, tu peux faire ce que bon te semble de ta souffrance, dit doucement Hanneke. Elle t’appartient. Mais je dois te dire ce que je fais de la mienne. Je l’empoigne par les cheveux, je la jette à terre et je l’écrase sous mon talon. Je te suggère d’apprendre à en faire autant.»

Extrait de L'empreinte de toute chose, d'Elizabeth Gilbert.

 

J'aimerai avoir la détermination d'Hanneke pour confronter ce mal. J'aurais tendance à foncer dans le tas, à passer à l'action tout de suite, ou à ne rien dire, alors qu'il faudrait aussi écouter, discerner, délimiter la zone touchée et surtout s'attaquer à la cause, patiemment... Je l'ai dit, je crois que de nos jours, on ne laisse pas assez nos enfants expérimenter et apprivoiser la souffrance quand ils sont petits. Ils tombent? On se précipite. Pire, on les équipe pour leur éviter tout accident. Ils pleurent? On s'empresse de les consoler en leur disant que ce n'est rien.

Mais ce rien prend une place parfois de plus en plus importante dans leur vie. Et ça les met parfois par terre. Ou ça les rend anxieux. Et nous, ça nous laisse désemparés, à chercher des solutions - encore. Ah, l'arracher comme une mauvaise herbe, la déterrer, la jeter loin d'ici et que cette souffrance ne remette plus les pieds chez nous... Ce serait plus facile!

Posté par Parciparla à 12:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,