5min30s ou la recherche du temps perdu

30 avril 2015

Au temps de la mousse

P1190617-001

P1190619-001

P1190620-001

«Mais quelque part entre le Temps géologique et le Temps humain, décida Alma, il y avait autre chose : « le Temps de la mousse ». En comparaison du Temps géologique, le Temps de la mousse était d’une vitesse aveuglante, car les mousses pouvaient faire en mille ans des progrès qu’une pierre ne pouvait rêver d’accomplir en un million. Mais selon les critères du Temps humain, le Temps de la mousse était douloureusement long. Pour un œil averti, la mousse semblait même ne pas bouger du tout.»

Extrait de L'empreinte de toute chose d'Elizabeth Gilbert.

J'avais un peu peur en entamant ce livre. Un roman d'une telle épaisseur... Après avoir écrit un succès qui tenait plus au récit et au développement personnel (Eat, Pray, Love), je ne sais pas pourquoi, j'avais des doutes quant à la capacité de cet écrivain à passer à un autre genre.

Je n'en ai plus aucun.

A tel point, que je recule devant la pile de livres qui s'est accumulée à mon chevet. Signe, s'il en est un, que j'ai vraiment aimé ce livre, un véritable page-turner, comme ont dit en anglais, qui mèle sciences, botanique, aventure, découverte, femme, évolution, temps et dont le personnage principal m'a totalement captivée.

Alma Whittaker, donc, dont ce livre raconte la vie. Une vie tout à fait extraordinaire pour l'époque et en même temps, qu'a-t-elle fait? Alma a étudié les mousses... Disons qu'a priori, on n'y voit aucun intérêt. Rien qui ait révolutionné le monde... Et pourtant, tout est dans tout, comme elle finira par le découvrir.

« - J’ai une question pour vous, Miss Whittaker. Quelle est la véritable nature de vos colonies de mousse? Elles sont passées maîtresses dans l’art d’apparaître, comme vous le dîtes, pudiques et simples. Cependant, à vous en croire, elles possèdent des facultés considérables. Sont-elles des pionnères amicales vos mousses? Ou bien des maraudes hostiles?»

La mousse, premier signe vert de renouveau chez nous. En ce moment, on ne voit qu'elle... Et depuis que j'ai lu ce livre, le Temps m'a encore prise de court...

Posté par Parciparla à 23:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


13 avril 2015

[Encore] Pâques

P1190435-001

P1190436-001

P1190440-001

P1190446-001

P1190448-001

P1190452-001

P1190455-001

Les occasions de les avoir tous les six réunis ne sont pas si courantes... Et chaque fois, je mesure le temps passé. Avant Pâques, nous avons regardé des vieilles vidéos d'eux, enfants. C'est fou comme ils n'ont pas changé - physiquement oui, mais dans leur comportement, presque pas du tout! On se demande même comment on ne le savait pas alors, tant aujourd'hui avec le recul, leur caractère particulier, le trait qui les définit instantanément nous saute aux yeux, on ne voit que cela dans ces vidéos... Et pourtant, ils n'avaient que 5-6 ans, parfois moins... Chacun encore aujourd'hui garde sa particularité d'enfant. Je me dis que cela doit être la même chose pour nous aussi.

Nous avons aussi regardé des photos et nous nous sommes amusés à retrouver chez nos parents, jeunes adultes, chez ma soeur et moi ados, les traits de nos enfants aujourd'hui du même âge. Éternel recommencement... J'aime surtout sur cette avant-dernière photo, notre aieule sur le mur, qui regarde sa lointaine descendance...

De trop brefs moments que chaque fois nous éternisons à notre tour pour les générations suivantes!

[Et pour les gourmands, mousse d'aubergine et crème de chèvre en entrée décorées d'une tranche de jambon crue, servies dans des verres. Très simple à faire!]

 

Posté par Parciparla à 08:17 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

10 avril 2015

Aminata

« L’idée de ce roman m’est venue en lisant un livre volé. Je commencerai donc par préciser ce que j’ai subtilisé et où. Le livre s’intitule The Black Loyalists : The Search for a Promised land in Nova Scotia and Sierra Leone, 1783-1870, de l’auteur James W. St.G. Walker, professeur d’histoire à la University of Waterloo, en Ontario. Il se trouvait à Toronto, dans la bibliothèque de mes parents, Donna Hill et Daniel G. Hill. Mon père avait griffonné son nom au revers de la couverture avant que je ne quitte la maison, mais cette précaution s’est avérée inutile, car vingt ans se sont écoulés et j’ai toujours ce livre en ma possession.»

Extrait des remerciements, à la fin de Aminata, de Lawrence Hill, un livre à lire absolument.

 

Hill-couv_0

 

Dès les premières trois pages de ce roman historique, on sait déjà l'essentiel de la vie d’Aminata. Née en Afrique, elle a été esclave, elle a perdu ses enfants et elle est à Londres au moment où le Parlement vote l’abolition de l’esclavage. Elle a donc survécu à son terrible destin. Et c’est sans doute cela la clé du succès de ce roman : on veut savoir comment diable elle est passée à travers toutes ces épreuves et, une fois parti avec elle, on ne peut plus lâcher son récit.

[Aminata a 11 ans à peu près lorsqu’elle se fait capturer.]

«Je vivais dans la terreur que les ravisseurs nous battent, nous fassent bouillir et nous mangent, mais ils commencèrent par nous humilier : ils nous arrachèrent nos vêtements. Nous n’avions ni foulard ni pièce d’étoffe pour couvrir nos parties intimes. Nous n’avions même pas de sandales. Nous étions aussi nus que des chèvres, et notre nudité nous définissait comme prisonniers où que nous allions. Les ravisseurs étaient également définis par ce qu’il leur manquait : de la lumière dans les yeux. Jamais je n’ai rencontré une personne qui m’ait regardé droit dans les yeux, calmement, tout en se livrant à des atrocités. Poser le regard sur le visage de quelqu’un veut dire deux choses : reconnaître son humanité et affirmer la sienne.»

Comme l’écrit son auteur, «Aminata est le fruit de mon imagination, mais le livre reflète ma compréhension de l’histoire des loyalistes noirs.» Et pour ce faire, il nous fait revivre de nombreux événements sous un angle que l’on ne connait pas ou peu. J’ai énormément appris en lisant ce livre. Je savais que de nombreux Noirs avaient fui les États-Unis pour s’installer au Canada, mais je n’en connaissais pas les circonstances et en particulier, le chemin qui les a menés vers la Nouvelle-Écosse. En anglais, le livre s’intitule The Book of Negroes, du même nom que le registre créé par les Britanniques dans lequel sont inscrits 3 000 noms et descriptions de Noirs loyalistes. Ce registre est toujours conservé dans les Archives de la Nouvelle-Écosse, aux États-Unis et en Angleterre. Le livre a eu beaucoup de succès au Canada et a gagné plusieurs prix dont le Commenwealth Writers' Prize - allez lire l'article de RFI.

L’histoire d’Aminata est poignante mais jamais totalement désespérante – on sait qu’elle va survivre, je l’ai dit. Mais on ne peut s’empêcher de penser en refermant ce livre à tous les autres. Ceux qui n’ont pas survécu, ceux qui sont morts sous le joug, ceux qui encore aujourd’hui doivent fuir leur coin de pays, vivre dans un camp...

 

Posté par Parciparla à 12:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

03 avril 2015

Pâques

pâques avant l'heure... Aujourd'hui, seule belle journée annoncée de ce long week-end, un vrai temps de printemps canadien, avec 10 degrés etdu soleil. ENFIN!

image

image

image

 

Premier pique nique dehors... On a ressorti le panier de basket, on ramasse les branches cassées, et surtout on va dehors!

demain, retour sous zéro avec neige, notre patiente sera à nouveau éprouvée...

 

Joyeuses pâques à tous!

Posté par Parciparla à 13:10 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 mars 2015

Oui, mais...

P1190345-001

C'est bien beau de prendre une décision, cela ne règle pas tout! Car les questions affluent :

# Que va faire Tintin en rentrant de l’école? Son nouvel horaire va lui paraitre très light… Il termine les cours à 14h30! Au plus tard, les jours de neige donc, compte tenu qu’il aura droit au bus scolaire (oui le jaune!) il sera à la maison à 15h00… Sachant que nous ne rentrons pas avant 17h, au mieux!

[Quand j’ai demandé à la principale ce que faisaient les enfants après la classe, si tôt libérés et laissés à eux-mêmes (il n’y a pas de service de garde dans cette école), elle m’a répondu que les enfants rentraient chez eux, seuls, que tout le monde le faisait, qu’à compter de 10 ans, ils étaient capables… c’est quand même un truc qui me dépasse (et curieusement me rassure aussi sur la santé mentale collective) alors que par ailleurs, justement, tout le monde est obsédé de sécurité. Il faut un badge pour rentrer et sortir de l’école, toutes les maisons ont des systèmes d’alarme, mais on lâche des enfants de 10 ans seuls aux coins des rues en plein après-midi, alors que tout le quartier est vidé des adultes qui travaillent… Ce qui est sûr, c’est que ça va le faire grandir - n’empêche, je vais lui épingler son nom, son adresse, MON numéro de tel sur tous ses vêtements, voire tatouer sur SON corps!]

# On envisage de l’inscrire aussi aux cours du CNED. C’est là que je fais appel à vous. Je penche pour un seul cours, celui d’histoire et géographie (niveau 6e), qui couvre des sujets qui ne font pas partie du cursus canadien et qui plaisent souvent aux garçons de cet âge (grecs, romains, etc.). En tout cas, Tintin aime bien. Mais pour pratiquement le même prix, on me propose le complément de scolarité, qui inclue aussi le français et les maths. Est-ce vraiment utile? Le CNED n’est-il pas trop une prise de tête? Quid du site Académie, qui offre tout le matériel gratuitement? Tous vos témoignages et vos conseils me seraient utiles.

# Je me demande si embaucher un tuteur ne serait pas aussi bien, voir mieux, étant donné le peu d’autonomie de Tintin. Là encore, je fais appel à vos expériences.

# Il va falloir renouer avec les boites à lunch QUOTIDIENNES, et ce à 6h30 du mat, parce que le bus passe à 7h30. Clairement, ce n’était pas mon option favorite cet horaire de fous! Quand on pense que pendant des années, on les a amenés en voiture à 30 mn de chez nous en râlant un peu beaucoup les jours de neige et les matins stressants, maintenant que sa future école est à 5 mn à peine, il faudra encore se lever plus tôt! Vivement qu’il soit au secondaire, qu’il y aille à pied… (et surtout qu'il se juge trop "vieux" pour que sa mère lui fasse sa boite à lunch!)

 P1190343-001

P1190338-001

D'autres photos signées Tintin, autoportrait compris...

Posté par Parciparla à 15:46 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,



23 mars 2015

Quesako

P1190341-001

D'après vous, c'est quoi?

 

Réponse (edit du 24 mars): photo trouvée dans l'apn, auteur Tintin, bord de fenêtre, bord de plinthe? On ne sait pas... le jaune demeurant invisible à notre oeil (trop habitué?)

Posté par Parciparla à 07:02 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 mars 2015

En mars, on cherche la légèreté

P1190400-001

P1190409-001

P1190416-001

P1190422-001 P1190419-001

P1190421-001

P1190417-001

P1190391-001

P1190393-001

... Et on fait encore du ski! Je scrute les fenêtres d'opportunité, souvent quelques heures entre le moment ou le vent (glacial) tombe et la neige devient collante sous l'effet des rayons (chauds) de mars. Dimanche dernier, j'ai quand même peiné à trainer mes skis enneiges et à trouver le bon fartage, merci aux secouristes! # Les ratons laveurs sont sortis de leur hibernation, on les voit le soir errer dans le bois derrière la maison à la recherche d'écorces ou de quoique ce soit de comestible à se mettre sous la dent, les petits (deux) sont mignons mais il faut résister # Les journées sont longues depuis que nous avons changé d'heure - toujours trop dur cette soustraction malgré la lumière additionnelle # Dès que la température remonte, on a envie d'y croire... et puis les virus arrivent (encore une série de mauvais rhumes) alors on se rabat sur la cuisine pour donner un air de printemps et alléger les menus # Le calendrier estival est chaque année de plus en plus compliqué : plusieurs projets en suspens, j'aimerai savoir si on va prendre des vacances tous ensemble et où # Après avoir essuyer un refus au programme d'échange universitaire international sur lequel elle comptait tant, le moral remonte : Yaya commence enfin à vraiment aimer sa vie d'étudiante. Cerise sur le sundae, les notes suivent et montent! # Mimi de son côté prépare son premier voyage seule (longtemps rêvé) et attend accessoirement son acceptation dans un programme de design intérieur pour la rentrée # Pour fêter toutes ces bonnes nouvelles et la fin du primaire de Tintin, ils partent tous les trois en avril pour une destination surprise! (et je me dis que je devrai en faite autant...) # VIVEMENT AVRIL!

Posté par Parciparla à 10:04 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

16 mars 2015

Que sera sera!

Le plus dur dans la prise de décision, c’est l’abandon des autres possibilités. Nous avons passé ce cap la semaine dernière, la boule au ventre.

L’inscription pour Tintin dans une nouvelle école est faite – enfin pas terminée mais en cours. Mais c’est surtout la non-réinscription dans son école actuelle qui a été déterminante. Sept ans dans la même école, autant dire toute sa vie. Sans compter que ses sœurs y ont fait une grande partie de leur scolarité. En tout, cela fait plus de 11 ans que nous la fréquentons…

La communauté me manquera, c’est sûr. Forcément, du fait de sa petite taille, on finit par connaître pas mal de monde, comme dans un gros village. Et à partager des valeurs communes.

Pourtant, et contrairement à ce que nous escomptions, Tintin semble se faire à l’idée sans trop de difficulté. On espère évidemment qu’il gardera quelques copains, mais à 10-11 ans, les chemins peuvent radicalement s’éloigner – son meilleur ami part pour l’Amérique centrale à la fin de l’année. D’ici à son retour, l’eau aura coulé sous les ponts.

IMG_0458-2

 

Dessin fait sur la tablette : voilà un requin bien équipé pour faire face à toutes sortes de situations...

Pour autant, je suis contente que cette période d’intense réflexion soit terminée. L’avantage de vivre ici est d’avoir beaucoup d’options de scolarités. Uniquement dans le système public, il y a trois réseaux : conseil francophone de l’Est Ontario, conseil anglophone, conseil des écoles francophones catholiques! Chaque réseau a sa façon de structurer l’élémentaire et le secondaire, ce qui complique les choses. Ajoutez à cela que dans certaines écoles, il y a plusieurs programmes. Si en plus on ajoute le privé, on multiplie d’autant les options. Un vrai casse-tête… Mais une fois qu’on épluche chaque système, les programmes, modalités et praticalités (on ne va pas non plus faire une heure de route chaque jour…), les options se resserrent et le choix se dessine. Et quand on visite, alors souvent, le feeling fait toute la différence…

L’école idéale n’existe pas, évidemment. J’espère que notre choix sera le meilleur possible pour Tintin. Nous avons privilégié un programme dans lequel nous pensons qu’il se sentira plus valorisé mais qui permet encore toutes les options pour le secondaire. Tintin ira en Early French Immersion dans le réseau anglophone à la Middle school de notre quartier, une espèce de croisement entre le primaire et le collège à la française, une école palier entre l’élémentaire et le secondaire – qui, dans ce réseau, commence vraiment au high school (soit notre 3e dans le système français). Il va donc entrer, en même temps que plusieurs élèves provenant d’autres écoles élémentaires, en Grade 6 et passera les deux années suivantes dans ce même établissement, qui n’en compte que trois. Un concept qui nous a plu. 10-13 ans c'est pas encore complètement des ados, mais plus non plus des enfants... Découverte à la rentrée prochaine!

[Je vous passe les affres de la traduction vers l'anglais de tout son dossier!]

Que sera sera!

Posté par Parciparla à 08:28 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

09 mars 2015

Du ski, chouette!

[Petit texte, publié sur Plumes d'ici et d'ailleurs, inspiré de cette rencontre samedi dernier - enfin une belle sortie au Parc de la Gatineau!]

Elle était juste là. Au-dessus de ma tête à me regarder dédaigneusement de ces deux yeux bridés et un air ébouriffé. Un peu plus et je ne la voyais pas. Je m’étais arrêtée, un peu handicapée par cette obligation de me moucher. J’aurai préféré ne pas perdre le bon rythme enfin trouvé depuis que j’avais rejoint le Hudson Trail. Les conditions de ce beau samedi de mars étaient parfaites pour le ski de fond. Et malgré un départ compliqué, cela faisait déjà une bonne heure que l’air frais, la belle neige et la forêt m’avaient remise de bonne humeur. Et puis voilà que rangeant mon mouchoir dans ma poche, je lève machinalement la tête et croise son regard. Une magnifique chouette rayée, une de ses rencontres inattendues et pourtant prévisible, qui nous met le cœur en joie. Je suis restée là, mes bâtons plantés sur la piste, mes skis en canard, à la regarder. L’éberluée, c’était moi. Elle a plissé les yeux, plusieurs fois. Et elle a repris son sommeil. Manifestement, je ne représentai ni danger ni intérêt…

P1190379-001

P1190358-001

P1190349-001

P1190365-002

 P1190356-001 P1190361-002

 P1190378-002

P1190374-001

P1190384-001

En prime, un petit pic...

Posté par Parciparla à 18:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

05 mars 2015

Votre enfant en shéma

Parfois, rien ne vaut un bon visuel pour expliquer les choses.

102430212

Source : http://www.atoute.org/n/Le-TDAH-explique-aux-generalistes.html#forum10052

Voilà enfin une info qui va simplifier ma vie!

[Je suis plongée dans l'étude d'options pour la scolarité de Tintin l'an prochain, tant de systèmes qu'on y perd son latin...]

Posté par Parciparla à 15:31 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,