L'été au mois de mai aura duré cinq jours. 

C'était il y a longtemps, juste avant la communion de Tintin. Il me semble presque que c'était l'an dernier, tant ce souvenir me semble déjà estompé.

Il faisait si chaud, l'air était si doux qu'on s'était cru en été. La balade au bord de la rivière avait eu ce petit goût de vacances, à cinq minutes de la maison. On a diné dehors, j'avais même acheté du rosé. Un instant, on y avait vraiment cru.

 

P1130809-002 P1130775-001 P1130789-001 P1130790-001 P1130803-001 P1130793-001 P1130801-001 P1130516-001

Depuis, l'hiver est revenu. Le chauffage a repris du service. Les petits matins frisquets, le bonnet s'impose. Il a plu des cordes la semaine dernière. Les nez coulent, la gorge pique. Et puis tant de choses désagréables à faire, tant de ménages, déménagements, valises, paperasserie, aller-retours, courses. Pas un jour pour rattrapper l'autre!

Je me suis perdue. Et le virus m'a trouvée à son goût.

Je me remet vraiment très difficilement avec une seule prière à formuler : que Yaya n'attrappe pas ce foutu virus! Difficile de m'isoler, je dois bien continuer à faire la cuisine et un minimum d'activités dans la maison, sans parler des conduites. La miss est en pleines révisions, donc elle s'enferme dans sa chambre, essaye d'établir une barrière sanitaire avec moi. Je la bourre de magnésium, échinacée, vitamine C... mais ce matin, elle éternuait! J'ai besoin de vos ondes, prières et pensées. Demain c'est le début du bac 2013 avec l'épreuve de philo, puis histoire-géo, maths et vendredi sciences éco. Elle pourra se mettre au lit vendredi, mais pas avant!

On croise tous nos doigts. You can do it!