pas d'échappatoir! Taguée par Point de suspension, je relève le défi : répondre par des titres de livres à ce questionnaire. En rajoutant une couche : je n’ai choisi que des lectures récentes (et réalisé que je ne les avais pas toute partagées ici…)

* * *

Décris-toi : «Rosa Candida» d’Audur Ava Ólafsdóttir. 

Comment te sens-tu : «A la recherche du temps perdu» - c’était le nom de ce blog au tout début, comme une évidence, mais comme Sophie l’a déjà choisi, et que ce n’est pas une lecture récente, je réponds «L’échappée belle» d’Anna Gavalda. Encore là, réponse instinctive que j'aurais pu donner à la première question aussi.

Décris où tu vis actuellement : «Zona frigida», d’Anna B. Radge. [Et y'en a plus que marre...]

Si tu pouvais aller n’importe où, tu irais : «Vers le sud», de Dany Lafferière – mais pas du tout à Haïti en fait.

Ton moyen de transport préféré : à pied mais bien chaussée. Avec «Les chaussures italiennes» de Henning Mankell par exemple.

Toi et tes amies, vous êtes : «Le chœur des femmes» [Martin Winkler] bien qu’en fait «Le cercle littéraire des épluchures de patates» [Mary-Ann Shaffer] soit plus approprié. 

Comment est le temps? : «Neige» de Maxence Fermine.

Ton moment préféré de la journée : le soir, lorsque je m’échappe vers «D’autres vies que la mienne» [Emmanuel Carrère] en lisant, en regardant un film ou en bloguant…

Qu’est la vie pour toi? «Deux petits pas sur le sable mouillé» d'Anne-Dauphine Julliand. 

Quel est le meilleur conseil que tu as à donner : «Eat, pray, love» de Liz Gilbert. 

Ta peur : finir comme «Limonov» [Emmanuel Carrère], seul à ressasser des regrets… ou pire encore sans en avoir aucun.

Ta pensée du jour : «Rien ne s’oppose à la nuit» de Delphine de Vigan... Et immédiatement après me vient l'antidote : «La couleur des sentiments».

Comment aimerais-tu mourir : entourée, comme dans «Et puis, Paulette» [Barbara Constantine] et, peut-être, en «Catholique anonyme» [Thierry Bizot].

La condition actuelle de ton âme : «C’est une chose étrange à la fin que le monde» de Jean d'Ormesson.

* * *

Personne n'y échappe! Au tour de Marie, Marion, MurielleAlexandra, l’amoureuse des livres, et toutes celles qui en auront l’envie et... le courage! (avec du plaisir aussi, hein...)